---Back to le-hub.hear.fr

PLAY-URBAN-MAYOTTE-ROYAUME DES FLEURS-traverser – Radjay Laurence Souprayenmestry Rangapamodely

Bonjour. Je m’appelle Radjay Laurence Souprayenmestry Rangapamodely. Je suis fils
d’une Cesari Ramassamy et d’un Souprayenmestry Rangapamodely. Ils sont eux-même enfants de Cesari pour ma mère et Ramassami et pour mon père de Loutchmia et Souprayenmestry Rangapamodely. Je ne crois pas que je ne pourrais remonter plus loin. Ma grand-mère c’est Ramassamy et Bannor. Mais je crois que s’il faut en parler, il y a plusieurs différences et plusieurs influences dans ma famille et en même temps c’est très Malabar au final. Voilà. Et Corse et autre chose, peut-être italien.

J’ai trouvé le Royaume des Fleurs riche, plein d’espoirs. Je l’ai trouvé chargé énergétiquement en tant qu’espace et tout autant par les gens qui y résident, y vivent et interagissent. C’est un espace puissant et nécessaire. Après j’ai lu et cru comprendre que le Royaume avait un bel impact sur la jeunesse, les parents, les enfants.

Si j’étais resté plus longtemps, il y a beaucoup de lieux dans lesquels j’aurais aimé créer. Au stade de Labattoir parce-que la poussière qui se lève lorsqu’on danse pied nu ou même avec des chaussures, ça rappelle une sorte de fumée qui est pour moi une trace éphémère et instantanée du geste. J’ai créé sur la plage en face du Royaume des Fleurs, j’ai tracé dans le sable des dessins, j’aurais aimé composer plus avant au Royaume. J’aurais pu créer dans la rue, dans l’espace urbain, des rues dont je ne connais pas les noms, peut-être les rues de Pamandzi. J’aurais aimé mener un atelier au terrain de basket de Labattoir, un atelier avec les jeunes qui mixerait danse et peinture, voire un atelier qui mixerait l’idée du tracé avec le corps. Mais j’ai dû rentrer à la Réunion.

 

je n’donnerai pas de titre j’en ai marre de coller des étiquettes 

les mots sont mous, maléables comme les cerveaux 

il suffit de trouver les bons 

aujourd’hui je ne veux rien mal.. maaaal..axer ? modeler modeler 

je veux juste être ici, ici, être ici, ici.. (rire) 

Etre à Pamandzi pour moi, 

à Mayotte, c’est déjà un acte artistique, je me bats actuellement, c’est assez fou et assez malade 

et je suis assez fou et assez malade pour faire ce choix.. le choix de partir, rentrer.. la pharmacie c’est triste.. alors que là.. 

j’ai pas toutes les clefs de lecture 

j’ai presque l’impression de SAVOIR PAS LIRE 

j’ai l’impression qu’ils savent tout eux.. nous.. faut qu’j’m’intègres M a dit que j’étais un phenix 

peut être qu’elle mentait 

peut être que je dois tout brûler 

J’ai pas envie de brûler des choses 

est qu’on est maudits quand on est artistes ? 

Est ce que le monde maudit les artistes? 

Je pense qu’on est tous artiste 

ça dure longtemps 30,31,32,37,40 

Et je danse dans la fête 

qu’est ce qui ssss’passe dans ma tête 

Et je danse dans la fête… répétition mantra 

et je danse dans la fête avec présence 

comme quand je chante avec aisance 

put4%n.. quelles rimes de m3rde 

tête tête, TTTTais toi 

souvent/avant P4tain c’est vraiment éclaté 

il faut qu’je prolifère comme le doigt qui a envie de peindre, tracer faire des croquis? non je n’suis plus à l’ecole 

j’ai quitté l’école, j’ai fais ce choix 

RADJ, Radjey, Radjay, Radjaye.. peu importe 

j’m’appelle Radjay, j’ai 24ans 

je suis dans le quartier de la vigie, pas loin de l’abbatoir, à Pamandzi j’ai envie de mettre mon travail au service d’autres artistes 

et en même temps j’ai pas envie qu’ils se servent de mon travail j’ai dis des choses qui existent dans le coeur des gens 

dans la noirceur qu’ils remplissent à mon égard

la noirceur..c’est quoi la noirceur? le soir.. une couleur? 

Une peau? Une ombre? Non pas une peau!!! enfin ça dépend 

ou dans quelles têtes ou dans quels textes.. Mais j’ai pas envie de parler de ça!! ils m’ont fait du mal je leur ai rendu la pareil, l’appareil, 

je pense que je dois rendre les cartes à M 

Ou peut etre que je dois garder ses/ces puces (SIM) 

peut etre que je le recherche lui 

celui que j’étais quand j’étais petit 

celui qui disait tout haut à voix haute 

même les pensées qu’on garde tout bas 

ou peut être que j’ai envie de grandi

comprendre le monde dans lequel on fonctionne.. 

les règles invisibles 

prendre des mesures… démesurées 

petite terre grande terre, accrochées, séparées par la mer rapprochées, raccrochées par une barge 

j’ai réalisé une installation avec une serviette sur laquelle j’ai peins, 

j’enquete, je suis déjà là, je ne suis en quête car je suis déjà là, je suis là donc j’enquête… ils me voient/ils me noient 

j’aurais surement du le faire sur la serpillère.. (rires) je devrai peut etre rajouter une serpillère.. peu importe.. une porte celle-ci est attachée pour ne pas qu’elle grince, je fais du bruit avec la chaise pour me raccrocher à la réalité, je m’accroche à la réalité en faisant du bruit avec la chaise.. ça me révolte.. Ici, les gens acceptent.. 

je crois que la danse c’est leur manière de se battre au Royaume mais qui suis-je pour dire comment les gens se battent? 

Si la fête est un évènement performatif ou un acte artistique alors j’ai fait beaucoup de fêtes.. mais c’est quoi un foutu acte artistique? JE SAIS PAS 

aujourd’hui je suis là, ici, ici, ici, ici… 

Je performe une clope je l’allume, parallèle entre la vie et une clope la naissance une allumette, on a dansé on a ri on a chanté et j’ai pleuré mais j’ai ri, je ris toujours j’utilises mon joker pour cette fois ci mais JE REVIENDRAI (coeur) associations d’idée par les mots j’ai oublié je me souviens 

Ferme ta gueule le coq.. ou ferme ton bec peu importe 

faut que je me fixe une limite ça fait déjà 30 min ou pas 

peut-etre que c’est non recevable, peut-etre que c’est une preuve qu’on peut performer nos vies, nos corps, nos genres.. ICI ICI ICI voilà, voilà, VOIS Là.. ICI


La vie s’allume comme une clope La naissance une allumette

Enflammé depuis le ventre 

 

jsuis protégé par moi même 

Pas besoin d’une amulette 

La rime était évidente 

Faut qu’je fasse dans l’inattendu Pas dans l’inattention 

Pourtant ils.. 

Parlent ça m’passe sur la tête (qui..?) Mes djinns 

j‘les calme sans fumer 

J’inspire mieux de l’oxygène 

Mayotte trop d’informations 

J’fais plein puis je surchauffe 

Là j’suis posé chez père et mère Remercie le ciel la mer 

et la terre 

Le feu l’eau le sang et le vent 

J’ai mis quelques graines en terre Pousser le bouchon plus loin 

Jusqu’à ce que le liège pète 

Considère une bouteille comme Ma tête 

un tesson à recoller 

J’ai retrouvé des morceaux 

des souvenirs légers mais mortels Ici nous n’sommes que mortels 

Seuls resteront les écrits 

Maman je t’aime j’avais besoin d’le dire Papa je t’aime même si jsais pas l’dire (Rire) (on dirait les rappeurs qui disent 

Ouai ouai ouai merci maman t’es la best) Mayotte je l’aime et je vais revenir Même si les rêves deviennent 

cauchemars 

Je garde un paquet d’espoir 

condensé dans Un sachet 

des fois j’y respire un peu 

Replonger dans ma mémoire 

Vivant mais j’fais mes mémoires Travail de longue haleine pour 

qu’on puisse Rembarquer BARGER Danser avec Salomon Chamouene J’ai réunit deux d’mes frères le ciel le soleil

Nous guettent on a grandi face aux 7cieux 

Des pensées qui nous divisent un océan 

nous comprend nos corps là bas se comprennent nos chants nos danses nos prières j‘sais qu’nos anciens faisaient pareil 

même si jme suis pas baigné j’ai capté + que 7 choses 

J’ai fait le choix de rentrer je reviendrai quoi qu’il advienne même si mes démons surviennent des anges là bas me protégent 

La vie s’allume comme une clope 

La naissance une allumette 

Enflammé depuis le ventre 

 

jsuis protégé par mes rêves/moi même

 

 



Les commentaires sont fermés.

Aller à la barre d’outils