---Back to le-hub.hear.fr

Play-Urban-Mayotte-Royaume des Fleurs-25-09-21- esquisser#13 – Judicaella Yvonne Ramilison

[ ] À Mayotte
– C’est impossible de mettre les pieds dehors avec des habits sexy (courts etc…), car les femmes vont penser directement que c’est pour séduire leurs soi-disant hommes (leurs mecs, leurs maris), surtout quant il s’agit des MALGACHES.
– Je ne dis pas qu’elles ont tort mais à un moment donné, il faut accepter les choses telles qu’elles sont. Parce que personnellement, si aujourd’hui je décide de sortir avec une mini-robe, c’est pour me faire plaisir car c’est moi qui l’ai voulu et non pas pour qui que ce soit.
– Certes, la prostitution s’est trop étendue à Mayotte, mais on ne vit pas tous de la même manière, et puis chacun a sa manière de voir les choses.
– Certaines le font parce qu’elles n’ont pas le choix par rapport à leurs responsabilités. Ce n’est pas le cas pour tout le monde (MALGACHES). Dans tous les cas, dans la vie c’est chacun pour soi et Dieu pour tous.
– Personnellement, LA VIE et L’AVIS des autres ne m’intéressent pas. Je fais ce que bon me semble, je suis très très fière d’être MALGACHE.


Vendredi 24 et samedi 25 septembre, sur 2 après-midi et débuts sont présentés dans les espaces urbains et naturels de Grande Terre une série d’esquisses de projets (performances, installations, vidéos…) quelque chose d’un geste en devenir s’y lit. Les projets ne sont pas finalisés, comment auraient-ils pu l’être en 3 semaines de résidence alors que les étudiants de Strasbourg et de La Réunion venaient à Mayotte pour la première fois. Il leur fallait avant tout commencer à comprendre où ils mettaient les pieds afin produire des gestes suffisamment en résonance avec les réalités très complexes de l’ile. Certains projets devraient être poursuivis prochainement d’autant que certains étudiants nomment leur désir de prolonger un temps leur présence ici.

 

Je suis de nationalité malgache, j’habite à Mayotte, mon père s’appelle Ramilison Alain Yvon et ma mère Baozafy Barnette, ils sont nés à Madagascar, du côté de mon père, mon grand-père s’appelle Ramilison Gerard et ma grand- mère Marie Denise, du côté de ma mère, ma grand-mère s’appelle Blandine et mon grand-père Thomas Albert, tous nés aussi à Madagascar. Je me sens malgache.

je fais de la danse au Royaume des fleurs ce qui m’a permis de faire des rencontres, de découvrir des choses comme en ce moment avec les jeunes de Strasbourg, je suis très contente de cela.

J’ai emmené des étudiants en balade vers la plage des Badamiers voir le Polé, une ancienne mosquée que j’aime bien, mais mon rapport aux djinns est trop personnel pour l’expliquer.

la prostitution-Ny fivarota tena

 



Les commentaires sont fermés.

Aller à la barre d’outils