---Back to le-hub.hear.fr

LE MARCHÉ DE LA MEINAU
Elie VENDRANT-MAILLET

Radio Meinau

Mon projet est de réaliser une émission de radio sur le marché avec des marchands et des habitants du quartier.

——————————

Marchand de parfum

– « Oui ça fait un moment quand même, ça fait… 15, 16 ans, 

Ça tourne, à Strasbourg tous les jours il y a un marché, sauf le lundi…, oui même le lundi, il y en a un petit. En général, il y en a un lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, après, l’été il y a les marchés aux puces, qu’on appelle braderie. »

– « Les derniers changements, c’est à dire que je connaissais avant, donc il s’est mis vers plus loin, je n’ai pas apprécié car c’était trop loin pour moi, et là on revient ici donc … (place de la Meinau) mais c’est plus comme avant les travaux, avant c’était plus correct, les légumes étaient ensemble, et que tout le reste était plus vers là, et là je trouve que c’est plus éparpillé, je trouve que c’est moins bien réparti, il faudrait les habits d’un coté. 

Il y avait plus de choix avant, plus de place à mon avis, c’était plus du côté de l’église, mais maintenant il y a les bus » 

-« A 4 heures et demi on est déjà sur place, on a nos places fixes. 

Ça fait la deuxième génération chez moi, c’est clair que j’ai mes places, le boucher a sa place fixe, le chinois, tout le monde a sa place fixe.

J’aimais bien autrefois, la situation a changé, les gens sont moins agréables, y a 15 ans avant, et la nouvelle génération ne cuisine plus. 

Avant on travaillait bien, on a quand même perdu 35 pourcent de notre chiffre d’affaires, c’est quand même beaucoup hein, pour pouvoir en vivre, avant on pouvait en vivre avec le marché mais là, on a de plus en plus de mal, c’est dur quand tu perds du chiffre d’affaire, elle aussi on est de la même génération, tout décline, chez elle chez moi, nos clientes d’autrefois, elles se meurent, elles sont 85 ans, voir 90, elles se meurent, 

Quand c’est le mari qui meure, elles, elles n’ont pas le permis, puisqu’à l’époque ça se faisait pas, elle la nouvelle génération, y a pas beaucoup de jeunes, le samedi à tout casser on en a une vingtaine, qui ont maintenant entre 40 ans mais je veux dire vraiment jeune, 30-35 ans c’est jeune, autrement avant, ou alors on a des étudiants le mardi, ceux la achètent des pommes, ou des fruits juste pour manger, autrement on a plus personne.

On a que des 3èmes âges, ça commence à être limite. » 

-« Le marché est très bien par rapport à avant, c’est plus grand, plus large, les allées sont bien. C’est nouveaux avant on était de l’autre coté, ça c’est une place prévue pour le marché juste le jeudi matin.

Le marché le jeudi, il y a ici, à Neudorf et Schiltigheim, trois marché le jeudi.

Y a beaucoup de commerçants, Il n’y a pas beaucoup de place, les cartes de commerçant sont plus faciles à attribuer par la chambre de commerce, alors quand ils viennent ici, il n’y a pas de place. 

Tous les matins c’est un tirage au sort, pas pour tout les stands, à partir de certaines années, c’est à dire qui faut écrire des courriers pour la mairie.  

A ce moment la vous avez des places fixes, alors par rapport aux anciennetés, avec les fiches URSAF, à ce moment là ils vous donnent des places, mais ça se passe tous les 5-6 ans. 

Après il viennent commencer, ils peuvent pas avoir une place fixe, moi ça fait 13 ans, j’ai une place dans tous les marchés, habitué, mais après quand je viens pas ils donnent la place à quelqu’un d’autre le matin, si maintenant tout le monde est là, les habitués, ils ne peuvent pas donner.

 90 % qui viennent savent qu’il n’y a pas de place, ils essaient parce qu’il n’y a pas de travail, ils essaient de vendre leurs produits. 

Il y en a qui viennent de Paris, mais ils savent qu’il n’y a pas de place, mais ils viennent. 

Le marché de la Meinau c’est un bon marché. 

– « Moi, je viens vite je prends des fruits, je prends des œufs comme ça, vite vite, après je prends la viande, je me mets là-bas, à coté du bus. Je laisse sur le pointer, il garde, vous donnez le ticket comme ça, je viens il me donne le ticket et après je reprends le caddie. » 

Client et cliente:

– « Depuis que le marché a été refait, la place, il est plus fonctionnel, mais il a déménagé depuis plus d’un an, il était un peu plus loin, ce qui faisait que des personnes d’un certain âge ne se déplaçaient plus, et puis y avait moins de stand 

Et maintenant il est mieux organisé autour de la place, il est plus fonctionnel, c’est plus rangé, c’est bien il est bien achalandé, on revient toutes les semaines. 

On habite à 5 minutes. 

On va souvent chez le poissonnier, car les poisons sont frais et puis il en a toujours un en promotion, ce n’est pas toujours celui-là que je veux mais au moins les prix sont très corrects et c’est très très frais. 

Et les fruits aussi et légumes. 

Bon y a l’embarras du choix, c’est convivial. 

Personnellement on a des produits plus nature, des produits plus nature, y a un bon contact.

La preuve pour la campagne, je prend mes oignions à repiquer, chaque année je lui en achète. Je suis content quoi, c’est un indou je crois ! 

On a nos petites habitudes, et puis voilà et puis on tchatche. 

Puis au moins pour nous c’est pratique, car c’est dans le quartier, parce qu’après faut qu’on descende a Neudorf, et Neudorf déjà rien que pour se garer c’est la galère. 

Ici c’est aussi quand même moins cher que Neudorf. Bon Neudorf c’est beau mais c’est moins cher ici.

-Y a un autre choix, c’est différent. 

-A coté de chez nous, on a refait la petite place, maintenant ce qu’on craint, c’est qu’il y a de la faune qui s’installe aussi, les places sont refaites pour les enfants et les aires de jeux, elles sont super mais après il faut un suivi et s’il n’y a pas de suivi du végétal, de tout ce qui est floral ça ne sert à rien. Le problème c’est le suivi.    



Laisser un commentaire

*

Aller à la barre d’outils