---Back to le-hub.hear.fr

LE MARCHÉ DE LA MEINAU
Clothilde VALETTE

Ce qu’il me reste d’une rencontre

C’est une des plus belles rencontres que j’ai faite au marché.

Une des plus touchantes.

Il était timide et n’osait pas me demander de le dessiner.

Il attendait derrière Fardin, son collègue.

Je lui ai proposé de le dessiner après avoir fait le portrait de Fardin.

Il ressemblait à un petit garçon timide.

On a bu du café.

Je l’ai dessiné sur une feuille de calque.

On a pris une photo ensemble avec le dessin, c’est Margaux qui l’a prise.

Ça m’a fait plaisir de prendre le temps de parler et de boire un café avec lui.

Il n’osait pas me regarder dans les yeux pendant que je le dessinais, il détournait sans cesse le regard.

Margaux parlait un peu avec lui pendant que je dessinais Fardin et le vieux monsieur.

C’était son premier jour de marché.

Il m’a souri quand je lui ai tendu mon dessin, j’ai trouvé son sourire très sincère.

Cela faisait seulement quelques mois qu’il était arrivé en France.

Il parlait bien français par rapport au temps resté en France

Il venait d’Afghanistan.

Je ne comprenais pas toujours ce qu’il me disait.

Sur la photo prise ensemble il a un sourire timide.

Il est venu nous retrouver plus tard et nous a proposé un café.

Je pensais que le café était à son stand mais il nous en a offert chez le marchand de pâtisseries à l’angle.

J’étais à la fois heureuse de parler avec lui et j’avais peur qu’il perde son emploi en passant du temps avec des étudiantes.

Il vendait des fruits et légumes.

Fardin était son voisin de stand ce jour là.

Il n’a pas de logement à lui pour le moment, j’ai cru comprendre qu’il vivait dans un foyer.

Je ne sais pas si il était revenu spécialement pour nous proposer un café ou si il nous avait croisés par hasard.

Il était couvert et portait un manteau gris.

Il était plutôt petit et semblait jeune.

On a parlé pendant le café, pas quand je le dessinais.

Pendant le dessin on ne parlait pas.

Ses cheveux étaient très brillants je me souviens.

Je l’ai cherché les jeudis suivants.

Fardin m’a dit qu’il n’était pas là.

Je ne l’ai jamais revu.

 



Laisser un commentaire

*

Aller à la barre d’outils